1338 VUES |  J'AIME

La semaine d’Herby en coulisses

On m’en avait souvent parlé mais je ne l’avais pas encore essayé. Et vous savez quoi, j’ai vraiment aimé ça : le gala de la SOCAN. Mardi soir dernier dans la grande salle de l’Hôtel Hyatt Regency, on célébrait pour la 21e année consécutive le talent des auteurs-compositeurs et éditeurs québécois. Ce soir là, un peu comme aux Golden Globes, les invités de marque étaient assis à des tables et sur scène les animateurs se succédaient : Marie-Mai, Jean-Claude Marsan et un Jim Corcoran particulièrement en forme par son humour pince-sans-rire  d’une remarquable pertinence. Un souper entre amis bien arrosé sous le signe de la convivialité. Bref comme l’a si bien dit Corcoran : « Ici on salue nos amis et on ignore nos ennemis! » Aucun scandale, que des gagnants qui avaient le temps de faire leurs remerciements sans craindre d’être coupés par une publicité. Vous l’aurez compris, le gala de la SOCAN n’est pas télévisé et c’est peut-être aussi ça qui fait sa réussite.

J’avais vraiment l’impression de souper parmi les visages de la chanson québécoise. Piché, Ferland, Séguin, Corcoran, Cousineau et Venne sont officiellement devenus des classiques de la SOCAN; leurs chansons ont été jouées plus de 25 000 fois à la radio. Le gala de la SOCAN n’oublie pas pour autant la nouvelle génération d’auteurs-compositeurs puisqu’elle honore chaque année les dix chansons pop-rock les plus populaires. Et ce sont les Veilleux, Perreau, Leloup, Fortin, Archambault, Dupré, Brault et St-Gelais qui sont allés chercher leurs prix pour leur contribution à l’année 2009. À chaque table, il y avait des personnalités connues telles que Charlebois, Butler, Plamondon… et en les regardant, les seuls mots qui me venaient en tête étaient pointures, références, pionniers. Entre deux services, on se levait pour discuter et échanger avec eux. Bref, que des visages souriants, mais ce n’est pas vraiment étonnant, car lorsqu’on est invité à la SOCAN, on est sûr de repartir gagnant!

PlamondonLes 40 ans de succès de Plamondon

C’est une Édith Butler émue qui a accepté mardi soir le Prix Excellence de la SOCAN. On remettait également à Luc Plamondon le Prix Hommage pour souligner ses 40 ans de carrière. Toute la soirée, les nombreux lauréats qui se sont succédé sur la scène n’ont cessé de dénoncer les différentes injustices que vivent encore les auteurs-compositeurs et éditeurs québécois (projet de loi C-32). Lorsque l’auteur de Starmania est monté sur scène pour accepter son prix, il a d’abord dit qu’il n’avait plus rien à ajouter puisque tout avait été dénoncé, mais il a quand même pris 15 minutes pour passer son message… du grand Plamondon!

Lapierre_1Maxim Lapierre joue au mannequin

Ne soyez pas surpris si vous voyez Maxim Lapierre un peu plus souvent dans les magazines de mode. C’est maintenant le nouveau visage des boutiques pour homme M/2. Lundi dernier, dans un studio de la rue Saint-Hubert à Montréal, Marc Mercier, le président de la chaîne de vêtements, était très fier de son nouvel ambassadeur et me disait : « Maxim représente parfaitement notre produit, à la fois chic et sport. Je n’aurais choisi aucun autre joueur du Canadien. C’est un gars qui a beaucoup de classe. » Quant au hockeyeur que j’ai filmé pour Herby.tv dans la salle de maquillage juste avant sa séance photo, il résume plutôt à la blague sa nouvelle association : « Je pense que je suis tellement mal habillé que le monde essaie de m’aider un petit peu! » Enfin un mannequin qui ne se prend pas au sérieux! Il s’agit pour l’attaquant du Canadien d’un contrat d’un an renouvelable, basé sur sa plastique et non sur sa performance. Si seulement ça pouvait être aussi simple au hockey… n’est-ce pas Maxim?! 

Pour voir Maxim Lapierre en pleine préparation pour son shooting photo, cliquez ici.

JPG_HerbyUn agenda bien meublé pour Jean-Paul Gaultier

On peut dire que Jean-Paul Gaultier a réussi à déboulonner le mythe du monde de la mode internationale souvent précieux et fermé! Et partout où il est passé lors de son séjour à Montréal, le designer a charmé le public québécois par sa générosité, sa verve et son autodérision. Je faisais partie des quelque 20 journalistes triés sur le volet qui ont assisté à la conférence de presse que je qualifierai plutôt de « classe de maître » tenue vendredi dernier au Musée des Beaux-Arts. Vous le savez déjà, Gaultier nous prépare une superbe rétrospective de son œuvre qui sera exposée en première mondiale au MBA de Montréal au printemps prochain. Mais en attendant, le très prolifique créateur présentera début décembre une nouvelle collection de meubles chics et ludiques dans les magasins Roche Bobois. Il m’en a plus longuement parlé devant la caméra lors de notre entretien que vous découvrirez en cliquant ici.

Marina_OrsiniLa Dynastie Lance et compte

Le film Lance et compte, qui prendra l’affiche le 26 novembre prochain, c’est aussi une belle histoire d’amitié entre Marina Orsini et la productrice Caroline Héroux puisque les deux amies se sont rencontrées sur le plateau de la première saison de la série il y a déjà 25 ans : « J’avais 14 ans, me disait Caroline, et j’aimais bien faire de petites visites sur le plateau. C’est là où j’ai rencontré pour la première fois Marina qui venait à peine de fêter ses 17 ans. » Les deux femmes sont restées très proches autant sur le plan personnel que professionnel, puisque que Caroline, maintenant devenue grande productrice, fait jouer Marina dans toutes ses productions :  À vos marques… Party!, Noémie : Le secret, Lance et compte et Sur le rythme, film qui sortira au cours de l’été 2011. Elles se retrouveront une fois de plus sur le tapis rouge de la première montréalaise qui aura lieu à la Place des Arts le 23 novembre prochain. Il y aura des acteurs, bien sûr (Marc Messier, Jason Roy-Léveillée, Dave Morissette…), mais surtout le fidèle public qui a fait le succès de cette belle aventure. Et pour les autres, en attendant la sortie du film, vous pouvez toujours visiter le site officiel (www.lanceetcompte-lefilm.com) pour visionner des vidéos exclusives et tout savoir sur la tragédie du National de Québec.

Cliquez ici pour voir ma rencontre avec Caroline Héroux et Marina Orsini.

int(0)